Demi dose d'Imitrex

Pourquoi et comment s'injecter une demi-dose d'Imitrex SC ® ?

Avertissement : ceci fonctionne bien pour certains mais est à tester pour vous car nous ne pouvons donner aucune garantie quant à l'efficacité d'une demi-dose chez un patient.

Les problèmes de l'Imitrex SC ®:

  • L'Imitrex ® n'est pas vraiment bon pour la santé d'un point de vue cardiovasculaire. Il provoque une vasoconstriction, c'est-à-dire une diminution du diamètre des artères entraînant une diminution du débit sanguin. Attention donc aux sujets souffrant d'hypertension, ayant trop de cholestérol, etc. (voir votre médecin ou neurologue)
  • Notre "bien aimé poison" n'autorise que maximum 1 ml (12 mg) par 24 heures, soit deux injections de 0,5 ml (6 mg).
  • Le prix, même s'il a diminué quelque peu, qui peut entraîner une dépense mensuelle de plusieurs centaines d'euros !

La solution : passer à des demi-doses (0,25 ml) :

  • Ceci permet de traiter 4 crises par 24 heures au lieu de 2.
  • Ou de diminuer la quantité journalière de produit et de diviser le prix en conséquence !
  • Ne pas oublier l'oxygénothérapie, totalement non toxique, à favoriser tant que faire se peut.

Les difficultés :

  • Doser exactement 0,25 ml à partir d'une seringue de 0,5 ml non graduée.
  • Faire l'injection à une main (l'autre servant à tirer un peu la peau pour bien faire une sous cutanée) avec une seringue non prévue à cet effet.
  • Oser piquer manuellement. Psychologiquement ce n'est pas évident la première fois mais c'est en fait facile et indolore (si, si, on vous le promet !)

Mode d'emploi en images

Fabriquer un poussoir à butée :

Une seringue d'Imitrex SC ® est constituée d'une aiguille (qui l'aurait cru !) d'un tube de verre contenant le produit (sumatriptan en solution) et d'un bouchon noir en caoutchouc, invisible sous l'étiquette enrobant la seringue.
J'ai donc gratté l'étiquette pour pouvoir mesurer la demi-longueur occupée par le liquide contenu dans la seringue (quantité à injecter), ainsi que la distance séparant l'arrière du bouchon de la fin de la seringue.

Il suffit dès lors d'additionner :

  • demi-longueur occupée par le liquide,
  • longueur de l'espace libre à l'arrière du bouchon

... pour obtenir la longueur du poussoir avant la butée : ≈ 2,1 cm.

Le diamètre du poussoir doit être adapté au diamètre intérieur de la seringue, soit ≈ 6 mm. Le poussoir ne doit pas être trop rigide dans son épaisseur pour éviter tout risque de rupture du verre de la seringue. J'ai donc opté pour une tige filletée (diamètre 3 mm) enrobé d'un tube de plastique souple de diamètre intérieur de 4 mm.
La longueur totale, ≈7 cm, est adaptée à la taille de ma main, de sorte que l'on puisse pousser le poussoir placé (il faut le dire sans bafouiller !) dans le creux de la main.
La butée est simplement constituée d'un écrou "vissé" sur le bâtonnet et bloqué entre les tubes de plastique.

Le poussoir fabriqué (on peut en faire un pour vous) il est même prévu pour une demi-dose ou 1/3 de dose :
poussoir

Utilisation du poussoir :

  1. Si la douleur et le lieu vous en laisse le temps et l'occasion : lavez-vous les mains et frottez au coton imbibé d'alcool ou d'isobétadine la zone où vous allez vous faire l'injection !
  2. Sortez la seringue avec l'injecteur puis dévissez celui-ci pour dégager la seringue :
    dévisser après extraction
    demi-dose seringue

     

  3. Faire l'injection : (là je n'ai pas de photo : il me manque une main ;o)
    • Dans la main droite (droitiers) prenez la seringue et son poussoir entre pouce, index et majeur à l'arrière de la seringue. L'arrière du poussoir étant positionné au centre de la paume de votre main.
    • Tirez sur la peau de l'autre main (haut de cuisse ou côté de l'abdomen, là où la peau est peu épaisse) et piquez tout en douceur de l'autre.
    • Injectez en rapprochant la paume des doigts (pas l'inverse, vous risquez de sortir l'aiguille de la peau).

    Position du poussoir après l'injection (dans l'exemple, position après 1/3 mais photo de seringue vide) :
    poussoir en finale

  4. Remettre la seringue à moitié utilisée dans l'étui.
  5. Marquez au crayon l'emplacement de la seringue utilisée pour moitié :
     

Injection de l'autre moitié :

C'est tout simple : lors de la crise suivante, utilisez l'injecteur comme à votre habitude avec la seringue qui contient le reste du produit.

Vous aurrez remarqué que dans les photos, un côté du poussoir est prévu pour une demi-dose, l'autre pour 1/3 et 2/3 (pour le deuxième 1/3).
Voici les mesures pour la fabrication, la tige filletée de 3 mm de diamètre étant coupée à une longueur de 7 centimètre et le tuyau plastique de 4 mm :

longueurs à prévoir

Français

Commentaires

Portrait de lootens

bonjour Phillix,

mon mari souffre d avf depuis quelques annees maintenant,

par le biais de l association francaise j ai obtenu votre lien,

je souhaiterais obtenir un bouton poussoir que vous avez deja fabrique a plusieurs reprises.

Comment puis je faire?

bien a vous Mme Lootens

 

Portrait de Philix

Bonjour Mme Lootens,
Je vais en fabriquer quelques-uns qui seront disponibles lors de notre journée "Rencontre AVFien(ne)s".
Celle-ci aura lieu le samedi 28 février 2015 à 14h00 à Namur dans les locaux de la LUSS (Ligue des Usagers des Services de Santé) :

Avenue Sergent Vrithoff, 123
5000 Namur

Pas mal d'infos ce jour là ainsi que vente d'un kit "masque O2" à prix coûtant, introuvable en Belgique, et garantissant 100% d'oxygène. (sous réserve d'une dernière fourniture mais nous avons bon espoir !)

Au plaisir de vous y rencontrer 

H 59 ans. AVF épisodique depuis 1998 diagnostiquée en 2001. Chronique de 2013 à mai 2017. En rémission depuis
T fond : Topamax 100mg
(T crises : oxygène à 12 à 15 l/minute ou tiers de doses d'Imitrex)

Portrait de jl.pochet

Bonjour, j'aimerais aussi tester ce procédé. Y a t'il quelqu'un qui possède un poussoir à me vendre sur BXL. Je ne voudrais pas attendre notre prochaine rencontre. Merci. Jl.pochet [at] live.fr

Portrait de Philix

Chalut
Je n'en ai plus en stock mais je vais t'en faire un cette semaine.
Je te tiens au courant.
Courage !
Philippe

H 59 ans. AVF épisodique depuis 1998 diagnostiquée en 2001. Chronique de 2013 à mai 2017. En rémission depuis
T fond : Topamax 100mg
(T crises : oxygène à 12 à 15 l/minute ou tiers de doses d'Imitrex)

Portrait de Pachanono

Après 40 ans de souffrance,  j'aimerais apporter une pierre à l'édifice. 

Dès les premiers symptômes, j'applique du baume des tigres (Kruidvat 7€) sur tous les points sensibles ( nuque, tempe.....), ne pas attendre mais anticiper!

Pour mes injections à 33 ou 50 % j'utilise des cuillères en plastique type apero ( rond de 3 cm + tige ) mises à longueur comme suit:

Sur base de 11 mm pleine longueur de l'espace libre et d'une course de 21 mm j'obtiens des valeurs légèrement différentes, à savoir:

33% : 11 + 7 = 18 mm

66% : 11 + 14 = 25 mm

100 % via Injecteur. 

__________________________

50 % : 11 + 10,5 = 21,5 mm

100 % via Injecteur. 

Cordialement et courage. 

Norbert

Portrait de Philix

Merci pour ton info.

As-tu comparé les volumes en injectant dans des seringues vides du commerce ? Il me semble, après en avoir fait l'expérience, que mes mesures semblaient correctes.

Ceci dit, les variations à ce stade sont extrêmement faibles Wink

H 59 ans. AVF épisodique depuis 1998 diagnostiquée en 2001. Chronique de 2013 à mai 2017. En rémission depuis
T fond : Topamax 100mg
(T crises : oxygène à 12 à 15 l/minute ou tiers de doses d'Imitrex)

Portrait de Pachanono

J'ai pu vérifier via le niveau dans un fin tubes l'équivalence des volumes 1er, 2em et 3em tiers et idem pour 1er moitié et 2em moitié. Au début j'utilisais juste des 1/2 injections sans problème suivant ton modèle mais pour les doses à 33 % j'ai refait toute la réflexion.

Vérifie et tiens-moi au courant.

Amicalement

Norbert.