Les traitements prophylactiques

Les traitements prophylactiques ou traitements de fond aident à diminuer la fréquence des crises et leur intensité.

Le Vérapamil :

Au départ il est utilisé dans le traitement de l'hypertension, de l'angor, et de certains types d'arythmies mais c'est le traitement qui est considéré actuellement comme étant le plus efficace. (Isoptin® (Canada, Suisse), Isoptine® (Belgique, France), Lodixal® (Belgique), Verapam®-retard (Suisse), VERAPAMIL BIOGARAN LP® (France), etc.)
C'est un médicament qui agit comme antagoniste du calcium c’est-à-dire qui modifie les mouvements ioniques du calcium à l'intérieur des cellules musculaires lisses de la paroi des vaisseaux et des cellules du myocarde. (source: Wikipédia).
L'effet secondaire principal est un ralentissement du rythme cardiaque mais, paradoxalement, il peut apparaître des céphalées, des vertiges etc.
Ces effets ne sont pas, peu ou fortement présents selon les individus.

Les dérivés de l'ergotamine

Le méthysergide (Deseril ®) est particulièrement utile dans le traitement des AVF épisodiques pour les personnes qui ont peu ou pas de résultat avec le vérapamil. Il est moins approprié pour les formes chroniques au vu des effets secondaires indésirables qu'il peut provoquer à long terme. Après 6 mois de traitement, une interruption d'un mois est souhaitable. Cet arrêt n'est pas un inconvénient en forme épisodique, les épisodes étant généralement inférieurs à 6 mois. Parmi les autres effets secondaires, mais plus innocents, on retrouve des picotements dans les mains et les pieds et d'éventuelles douleurs de la jambe.
Note 2014: Ce médicament est retiré de la vente !

Le tartrate d'ergotamine (Cafergot ®) peut être utile lorsque les attaques se produisent surtout la nuit. Dans ce cas, le délais d'action de 2 à 3 heures jusqu'au maximum d'effet est intéressant. Il doit donc être pris peu de temps avant le coucher. Le tartrate d'ergotamine est efficace chez moins de patient que les autres traitements. Une utilisation prolongée peut entraîner des effets indésirables graves, entre autre, une détérioration des valves cardiaques ou des problèmes circulatoires.

Les médicaments suivants, ainsi qu’un tabagisme important, peuvent provoquer des interactions (principalement des spasmes des vaisseaux sanguins):

  • Antibiotiques : troléandomycine, érythromycine, clarithromycine
  • Antiviraux : ritonavir, indinavir, nelfinavir, delavirdine
  • Antimycosiques : kétoconazole, itraconazole, voriconazole
  • Antihypertenseur : propranolol
  • Antimigraineux : préparations contenant des alcaloïdes de l’ergot et sumatriptan.

Les dérivés de l'ergotamine sont contre-indiqués durant la grossesse et l’allaitement, lors d'antécédents de maladie coronarienne, d'infection interne, de troubles de la circulation sanguines, d'une détérioration de la fonction rénale ou hépatique ainsi qu'en cas de pression artérielle très élevée.

Le Topiramate

Au départ, c'est un médicament antiépileptique mais il est également utilisé en traitement de fond de l'AVF. On le trouve, en France, sous le nom d'Epitomax ® et aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Australie et en Belgique sous le nom de Topamax ®.
L'effet secondaire principal est une forte perte de poids et on constate aussi fréquemment des troubles de l'humeur ( agressivité ) et des troubles de la mémoire.

Le valproate de sodium (1)

C'est un est un anticonvulsivant et calmant, au départ, prévu pour soigner l'épilepsie et les troubles bipolaires mais il est également utilisé en traitement de fond de l'AVF. On le trouve sous les noms suivants :

  • Convulex (Belgique, Suisse)
  • Depakene (Canada, États-Unis)
  • Depakine (Belgique, France, Suisse)
  • Dépakote (France)

Les corticoïdes

Efficacité spectaculaire mais nécessitent de fortes doses.
Effets secondaires : prise de poids, risque de diabète, ulcères, ...

Les sels de lithium

Le carbonate ou gluconate de lithium sont très efficaces mais seulement chez 50% des patients

L’infiltration du nerf grand occipital

Elle a montré son efficacité préventive aussi bien pour les formes épisodiques que chroniques dans une étude en double aveugle contre placebo en 2005.
source: http://www.slotervaartziekenhuis.nl/
Source librement traduite : www.slotervaartziekenhuis.nl

Français